Rise’Home problématique

Le concours / Photographies / Problématique / Le projet

Problématique : s’adapter à de nouvelles densités >< optimiser pour rendre la ville habitable ?

Le site de projet est l’un des territoires de la métropole à densifier (démographie, bâti). Face à cet objectif général, la commande du concours demande aussi de répondre au manque d’espaces ouverts et d’équipements publics, de mixité sociale, d’habitat et d’usages.

densité et adaptabilité

Les attentes en terme de densification démographique du site amène le nombre actuel de 1190 habitants à se multiplier par 6 soit 6000 habitants. Cependant, l’habitat pavillonnaire installé à partir des années 1950 sur le site et qui constitue plus de 80% du tissu urbain a eu pour effet de miter le tissu urbain et de subdiviser le système parcellaire intitial (parcelles agricoles en lanière). Le nombre important de propriétaires peut rendre difficile le remembrement foncier et les interventions urbaines de grande ampleur. Par ailleurs, le passage du COS de 0,2 à 1,2 interroge la manière de densifier. Par rapport au nombre d’habitant et au COS actuel, la surface occupée par habitant est de 75m2, tandis que la moyenne du canton de Genève est de 38m2 par habitant. En gardant la même COS et les emprises au sol actuelles nous pouvons multiplier la population au moins par deux. Cela demande d’interroger également la typologie d’habitat.

Le territoire de projet est aujourd’hui en grande majorité privatisé (propriétaire et mode de gestion des sols et voiries).

  • Comment prévoir l’arrivée de 5000 habitants supplémentaires en termes d’habitat, d’équipements publics, d’espaces publics, de mobilités, d’énergie, de services, de commerces? tout en produisant des espaces habitable, et vivable ?
  • Comment les 3 communes et le canton de Genève peuvent-ils encourager le projet de densification?
  • Comment utiliser tout le potentiel foncier et le gérer pour produire des projets avec des qualités architecturales et urbaines ? tout en conservant son identité?
  • comment tirer parti du parcellaire existant sans avoir recours à la mise en commun de parcelles existantes?
  • Comment rendre les propriétaires actuels acteurs de la transformation du quartier?

habitabilité et temporalité
Selon le plan directeur cantonal “Genève 2030”, des premiers résultats doivent être perceptible d’ici 15 ans. Cela interroge sur les temporalités du projet et les outils de mise en œuvre.

scénario 1. Pas d’implication des politiques publiques.
Le site se densifie par division parcellaire jusqu’à remplir toutes les surfaces disponibles. De nouveaux espaces publics ne sont pas intégrés. Pour pouvoir poursuivre cette densification, cela implique un remembrement important, de racheter des parcelles déjà bâties (plus chères que des parcelles vides) ou encore de diviser les grandes maisons pour changer leur typologie. Le prix du foncier augmente jusqu’à rendre très compliqué ou impossible toute densification. Ceci maintiendra le fait qu’il est plus lucratif pour un promoteur et moins onéreux pour un suisse d’habiter en France.
> Manque et sous dimensionnement des équipements éxistant
> pensé individualiste et capitaliste de l’espace ≠ consensus politique et social

scénario 2. Implication forte des politiques publiques.
Le site se densifie par la mise en place de projets urbains de grande ampleur par la municipalité. Le processus de division parcellaire est ralenti et est mis en place des programmes de logement et d’équipement sur des macro-lot. Ceci engendre un travail de remembrement foncier et des expropriations potentielles pour conduire jusqu’au bout le projet. Le tissu urbain et le paysage changent radicalement.
> la résistance habitante est importante face à la brutalité du processus.
> les temporalités d’action sont réduites, facilitant les objectifs de densification

Publicités